+ 33 6 61 08 93 56

Lors du voyage de ressourcement en Jordanie, d’octobre dernier, nous avons décidé de prendre une journée pour visiter trois châteaux du désert, parmi les plus intéressants.

Partant d’Amman, nous roulons donc en direction de l’Arabie Saoudite et de l’Irak, pour nous aventurer dans un désert rocailleux, une des régions les plus sauvages de Jordanie.

Qasr Kharana

La route est droite, interrompue parfois par la traversée de dromadaires comme vous pourrez le voir sur la vidéo. Après environ 60 km, nous arrivons au Qasr Kharana (ou Qasr al-Harrana). C’est un ouvrage fortifié quadrangulaire, de 35 m de côté, avec une cour centrale et un bassin de récupération des eaux de pluie.

A l’entrée et dans les pièces à l’étage, nous découvrons des voûtes décorées de moulures en stuc. Une inscription sur une porte indique la date de novembre 710, ce qui la situe pendant le règne d’Hicham, calife omeyyade. D’après les archéologues, ce serait le plus ancien des caravansérails de la période islamique.

A l'intérieur du Qasr Kharana, la porte ouvrant vers le désert
Le portail ouvrant vers le désert…

Qusair Amra

Nous repartons en direction de Qusair Amra. Après une dizaine de kilomètres, nous arrivons sur le site d’Amra. Enfin, ce qu’il reste d’un vaste domaine organisé autour d’une résidence princière Omeyyade, avec ses jardins, sa mosquée, ses thermes, son château…

Amra fut construit par un prince entre 700 et 750. Il est inscrit au patrimoine mondial de l’Unesco. Nous savons peu de choses de ce palais du désert parce qu’aucun historien arabe n’en parle. Seul un géographe de l’an 1000 cite la route reliant Amman à Azraq.

La partie visible actuellement constituait la noria et les thermes. Appréciés par les omeyyades, les bains se développeront ensuite sous la forme de l’institution sociale du hammam. On voit encore le système hydraulique qui permettait de remonter l’eau du puits. Cette eau allait remplir le bassin d’eau froide et cheminait vers la salle de chauffe avant de remplir les baignoires des pièces à hypocaustes. Le chauffage se faisait par circulation d’air chaud comme dans l’antiquité. La chaleur passait entre des piles en basalte, portant des sols suspendus, et chauffait l’eau des baignoires.

Restauration des fresques du Qsair Amra
La restauration des fresques est en cours

Ce qui fait le charme du site, ce sont ses fresques (voir vidéo). Elles nous présentent un tableau de la société omeyyade. Les thématiques picturales nous renvoient à un environnement familier de cette époque. Nous y retrouvons des jardins, avec des arbres magnifiques, l’amour, avec des scènes d’embrassades, mais aussi la lutte, la chasse, la guerre… Ces fresques sont actuellement en cours de restauration.

Visite de Kharana, Amra et Azraq.

Qasr Azraq

C’est la dernière étape du jour. Le fort contrôlait autrefois une oasis prospère et providentielle en plein désert. Azraq se situait sur la route des caravanes se rendant à Bosra et vers les villes de la côte de l’Arabie. Les romains occupèrent le site dès le IIe siècle, comme en témoigne la découverte d’une borne milliaire datée de 210. Azraq était un point stratégique qui permettait de contrôler les déplacements commerciaux et les éventuelles actions hostiles.

Le château actuel est le résultat de nombreux remaniements réalisés entre 740 et 1236. Le fort servit de base à T.E. Lawrence et à ses troupes pendant l’hiver 1917-1918. Le château est approximativement carré (76×72 m) avec une cour centrale. Au milieu de cette cour se trouve une petite mosquée ainsi qu’un puits. À chaque angle sont implantées des tours légèrement saillantes sur le nu des courtines perpendiculaires. La porte d’entrée est constituée de deux vantaux de basalte de plusieurs tonnes chacun. Ils fonctionnent toujours.

Pour ma part, j’ai découvert un écureuil gravé dans la pierre, signe qu’Azraq était autrefois une oasis prospère. L’écureuil est un peu mon animal-totem. Comme lui, j’ai besoin d’être en mouvement. Donc, rendez-vous pour un prochain voyage en Jordanie, ou dans un autre pays, et un nouvel article…

Pour conclure, j’espère que cet article vous a intéressé, et si vous avez des questions, laissez-moi un petit commentaire en bas de page.

Porte d'entrée du Qasr Azraq en pierre massive
La porte d’entrée est constituée de deux vantaux de basalte de plusieurs tonnes.
A Pétra de nuit, le Trésor éclairé par des centaines de chandelles.

Restons en contact

Recevez des informations utiles : futurs voyages, guides, articles, vidéos... Vous pourrez vous désabonner en tout temps.

Merci pour votre inscription !